Stage de terrain d’aventure à la Sainte-Victoire 1


Petit résumé du stage de terrain d’aventure 2018 à la Sainte-Victoire, du 28 avril au 1er mai. Ont participé : Marie, Fabien, Ruben, Fabio, Florent, Etienne, Romain (qui écrit !) et Sylvain-Lionel qui a organisé et encadré tout ça ! Et on le remercie encore !

 

 

Premier jour

Au camping

Le rendez-vous est fixé à 7h devant la permanence. Il faut récupérer du matos de grimpe et surtout le matos collectif de camping (réchauds, gaz, popotes…). On charge, et on part. Petite pause café (et courses pour le midi) réglementaire à Laragne, parce qu’il faut quand même pas déconner ! Après un peu de tourisme sur l’A8 après Aix (on a raté la sortie…), on arrive tranquillement au camping de Beaurecueil. On prend une petite heure pour s’installer bien confortablement, avec un temps magnifique (spoil : ça va pas durer !). Surprise : la tente mess du club est bien là mais… il manque les arceaux ! Le retour des Calanques a visiblement été un peu précipité… Tant pis, on s’en passera !

Il est 13-14h, on fait les cordées, on fait un petit point sur le matos disponible. A nous tous, on doit avoir 6 jeux de câblés, autant de friends, quelques pitons et 30 sangles. On répartit tout ça et on remonte dans le camion ! Objectif de l’après midi : le secteur du Pilier du Puits. Au parking, on aperçoit le camion des camarades du Caf Isère !

Après une « longue et pénible » marche d’approche qui va valoir quelques coups de soleil, deux cordées partent dans le Pilier du Puits et deux autres sur l’Arête du Pilier.

image Savonette

Pas de la Savonnette

A la Sainte Victoire les approches sont scabreuses, et les plaisanteries des grimpeurs du groupe aussi (généralement en rapport avec la topographie d’ailleurs). Le pas de la Savonnette (qui porte bien son nom), équipé d’une chaîne sur laquelle il faut se hisser à la force des bras, nous met rapidement dans l’ambiance. Ceux pour qui ce massif est une première découvrent alors ce superbe rocher, ces magnifiques arêtes et ce calcaire hyper adhérent.

Arête du Pilier. Marie dans L3.

L’arête est superbe, l’escalade est facile et belle. La première longueur et son joli pas de dalle, restera sans doute dans les souvenirs de Fabien. Les relais sont évidents grâce aux arbres, quelques pitons, et de jolies fissures. On est en terrain d’aventure, et on révise donc les placements des coinceurs ainsi que la construction (parfois complexe) des relais.

Joli relais !

Sylvain-Lio nous explique comment repérer et deviner ce qui pourrait être un emplacement potentiel. Il nous enseigne un moyen mnémotechnique très utile, mais qu’il m’est impossible d’écrire ici ! Après ces belles lignes, on se retrouve tous en haut, et on file ensemble à la croix de Provence pour admirer le panorama.

A la descente pose d’une main courante, ceux qui en profitent pour tester le rappel en S se garderont bien de renouveler l’expérience !

Florent égoutte

De retour au camping, il faut faire à manger. Ce soir c’est pâtes. On découvre à cette occasion l’éclectisme culinaire de chacun. En particulier celui de Ruben, qui ne cessera de nous étonner tout au long du week end grâce à ses innovations culinaires ! La salade de fruits s’associe agréablement aux pâtes bolo visiblement… Le camion du Caf Isère est là ! C’est Julian qui a emmené quatre jeunes hyper motivés en stage pour le week end.

 

Deuxième jour

 

Temps magnifique au réveil. Mais (re-spoil), ça devrait se gâter. On avale un petit déj. bien sympa, à base de pain de muesli très bon et de brioches pour certains, et de pâtes bolo de la veille pour Ruben.

 

Vu la météo, on prévoit quelque chose de « court » ou au moins qui permette un repli assez simple en cas de problème. Sylvain-Lio propose d’aller grimper sur la falaise médiane, accessible depuis le secteur des Deux Aiguilles. Il s’agit de mini grandes voies de 2 ou 3 longueurs, et on pourra alors en faire plusieurs dans la journée et partir vite en cas d’orage. Banco ! On garde les mêmes cordées que la veille, parce que c’était très bien comme ça !

Une « petite » course de vélo va nous faire patienter une bonne demi-heure avant de prendre la route. Il n’aurait pas fallu attendre plus longtemps, la patience de certains grimpeurs était bien entamée ! L’approche emprunte cette fois le pas de l’Oppidum (lui aussi chaîné).

Dans la première longueur des Nourrissons, Marie enchaîne un 5a magnifique mais déloyal : une escalade sur cannelures difficile à protéger où les touffes de thym tiennent mieux que les écailles de rocher…

Marie à l’attaque des Nourissons, Sylvain-Lio dans le Poulpe

Florent passe la superbe dalle de l’Isserage (L1) pendant que Fabio et Ruben grimpent dans L’indicible Vérité à droite.

Flo à R1 de l’Isserage. Superbe relais sur friends !!

On se retrouve en haut, on redescend par le sentier, on mange un coup et on rattaque ! On change de voie et pour certains de cordée. Fabio part dans l’Isserage. Une fois à R1 il devra attendre que son second prenne le temps de perdre quelques grammes… (hum) « relais va-chi…” aurait-on pu entendre alors…

Fabio dans L1 de l’Isserage

L’orage menace quand, avec Fabien on sort, en dernier, de la voie du costume. Il ne menacera pas longtemps. A peine le temps de lover les cordes et d’attaquer la

Fabien

descente, qu’il faut déjà sortir les Gore tex. La redescente du pas de l’Oppidum sur chaîne mouillée est une véritable prouesse ! On prend tout de même le temps de poser quelques cordes pour sécuriser certains passages exposés. On arrive au camion trempés et on n’a même pas envie d’imaginer l’état de nos tentes… Parce qu’il ne faut pas se laisser abattre, on décide de noyer tout ça dans une petite bière… Mais on est dimanche… Et tout est fermé, même la légion…

But à la Légion…. 🙁

Alors retour au camping où notre bière nous attend et la pluie aussi. Par chance, une tonnelle protège une zone wifi, équipée de tables et chaises. On transporte tout le matos de bouffe, on va cuisiner et manger à l’abri ! Le débat est long sur la quantité et le temps de cuisson du riz et des lentilles et l’association de tout ça.

On se dit que de toute façon, s’il reste du riz c’est pas si grave, c’est neutre et on le mangera le matin avec la crème Mont-Blanc… Et les lentilles… Le plat finit par cuire à grand renfort d’huile et de poivre, agrémenté du thym très parfumé de la Sainte Victoire cueilli vaillamment par Florent lors de notre retraite sous l’orage.

 

 

 

 

Troisième jour

 

Beau temps au réveil ! Et ça devrait tenir ! Alors aujourd’hui c’est l’expé ! Programme : enchaîner trois falaises, et sortir dans la brèche du Prieuré. Une dizaine de longueurs, autant de relais, pour une journée qui s’annonce sportive. Il va falloir être efficace. On part du secteur Grotte de l’os – Perroquet vert. Certains partent dans les Moussaillons (une classique) et son premier pas un peu délicat, d’autres dans le Chien qui aboie et son tunnel, et d’autres dans la voie du Monchu.

 

Dans les Moussaillons

Flo en traversée

Un relais de TA

Après plusieurs heures, on se retrouve en haut, on mange et on file vers le Jardin des moines.

Marie potasse le topo avant de repartir

 

Tandis que certains poursuivent par la voie de la Crypte, avec Fabien on attaque la SUPERBE voie de la Cave qu’une hypoglycémie mentale (merci Sylvain-Lio !!) m’empêchera, à tort, de faire en tête ! Une voie magnifique, surtout L1 et sa « conque en aragonite (c2c) », hyper protégeable et franchement pas si dure.

La cave (Jardin des moines)

 

Marie et Sylvain-Lio vont partir dans La Cave

 

La Crypte (Jardin des moines)

 

Fabien continue ensuite la belle dalle en 5b ;). Encore une fois on se retrouve en haut et on part vers notre dernière étape : la falaise du Prieuré. L’idée de Sylvain-Lio est de passer par la brèche, qui a l’air d’être une très belle cheminée.

Coucou Sylvain !!

 

On arrive !

 

« à peine plus dur que ce que vous avez fait avant »… Là je souris mais c’est nerveux hein !…

La végétation aura raison de son projet et on passera finalement à gauche dans une voie sans nom, mais avec des spits, « à peine plus dur que ce que vous avez fait avant » (hum…) Un Grany après, l’hypoglycémie est passée, et le 5c/6a aussi.

« Relais sur barrière »

On fait un relais sur la barrière en haut et tout le monde monte. Fabio et Ruben sont passés par Gopak, qui n’avait pas l’air simple !

 

Ruben à la sortie de Gopak

 

 

 

Re-pluie une fois au parking, pas de bol les Gore tex étaient presque sèches… Cette fois on mange sur la terrasse de l’accueil, le quinoa, complété de pâtes offertes par un groupe de randonneurs cafistes qui squattaient la tonnelle wifi. Encore de grandes questions sur l’intérêt de mettre la vinaigrette dans le quinoa… Les blagues sont toujours d’aussi bon goût, et les fous rires ont bien du mal à s’arrêter… Les fissures… toujours les fissures…

Quatrième et dernier jour

 

 

Aujourd’hui c’est couenne. Alors on prend TOUT le matos, et on doit TOUT poser !

Dernier petit dej’

On se dirige vers le secteur Aiguille Bertine/les Commandos. Si Fabio et Ruben se laissent tenter par la couenne avec Bonjour Roger, Merci Ginette et La bof, Marie, Sylvain et Fabien partent dans les Masques de Pierre, et Étienne et moi dans Les Mouches. Et Forent… ben il a pris son bouquin aujourd’hui !

Florent au top !

On prend plein de matos, même les hexentrics et le n°5 ! Défi de Sylvain-Lio : poser le numéro 5. Défi relevé. On le posera deux fois dans L1 et L2, et une fois au relais ! La bière qui restait sera pour nous 😉

N°5 chéri dans L1 des Mouches

 

Relais sur friends (n°5 !!!!!) au sommet des Masques de Pierre

 

Etienne à la sortie des Masques de Pierre

Juste le temps de redescendre par deux rappels, le premier en grand écart dans une cheminée et le second sur une longueur de 51 m (sans nœud au bout de la corde bien entendu…), et la pluie arrive.

Sylvain-Lio au début du rappel (avec un hexentric oui.. cherchez pas…)

L’heure de rentrer au parking puis au camping, avec casse-croûte partagé sur la terrasse et démontage des dernières tentes.

 

Au final on aura bien et beaucoup appris durant ce super stage ! On se sera un peu fait mouillés, on aura tous fini épuisés mais on aura quand même bien mangé et on se sera surtout bien marrés ! Merci à Sylvain-Lio qui a réussi à nous composer un beau programme sur ces quatre jours malgré une météo très moyenne…On aura posé des dizaines de câblés, autant de friends (dont un n°5 !!), quelques hexentrics. On aura triangulé des dizaines de relais. On aura grimpé plein de dièdres, quelques beaux escaliers, et surtout de superbes dalles !

On aura passé au moins 15 litres de soupes, 1 kg de riz, autant de pâtes et de quinoa, et surtout quelques rouleaux de PQ… 😉

Romain

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Stage de terrain d’aventure à la Sainte-Victoire

  • Sylvain-Lio'

    Belle équipe en tous cas !! Belle humeur au dessus des coinceurs et sous la pluie !!
    Et dire qu’on a peut-être fait 1% des voies du massif… obligés d’y retourner !